LES  Z'ENGAGÉS

DE 11 À 18 ANS

ARNAUD MARZORATI
ENCADREMENT
 
PIERRE CUSSAC
ACCORDÉON

Découverte du patrimoine vocal populaire d’hier

Ecoute, analyse, échange et accompagnement à l’écriture ​  

DE L’ÉCHO DANS LA CHANSON CITOYENNE  ​ 

L’histoire nous apprend que des femmes et des hommes (et des enfants !) se sont battus tout au long des siècles pour des valeurs, des idéaux, en quête de liberté. Les chansons, qui furent les outils de ces luttes, en sont désormais la mémoire.  Inscrits sur des papiers volants, dans des gazettes populaires, ces mots chantés, déclamés, nous remettent à l’oreille tous les grands « slogans » de l’histoire.  Pas une révolution ne se fit sans une chanson car cette dernière est la Muse du Peuple, l’inspiratrice de l’homme révolté, indigné.  Il convient d’apprendre à déchiffrer ces « slogans », à les replacer dans un contexte, à comprendre ce qui en fait la pertinence, l’efficacté dans telle ou telle lutte.  Ainsi notre hymne national, la Marseillaise, souvent contesté à cause de ses couplets belliqueux, doit être remis dans un contexte historique bien particulier pour en comprendre au mieux le sens. Parfois, l’étude des chansons se métamorphose en une véritable enquête archéologique, où les faits scientifiques et historiques se substituent aux légendes et aux interprétations fantaisistes.    ​

 

 

S’ENGAGER EN CHANSONS ​

 

C’est à partir de ce répertoire qu’Arnaud Marzorati souhaite d’une part invoquer les grandes pages de la chanson révolutionnaire, afin d’inspirer les jeunes à retrouver l’origine de ce que fut la « Chanson engagée », et d’autre part donner l’envie aux élèves de lycées (ou collèges) d’écrire en musique les faits marquants de leurs existences et de défendre en chansons leurs propres idéaux. Qu’est-ce qui fait qu’une chanson est « percutante », qu’elle atteint de plein fouet son auditoire ? Comment combiner paroles et musique pour bien se faire comprendre ? C’est tout l’objet de ce parcours artistique proposé par Les Lunaisiens.  Accompangés par Arnaud Marzorati et leurs enseignants, les élèves sont invités à écouter des chansons révolutionnaires du XIXe siècle, à en comprendre le sens, à en étudier les procédés d’écriture, et à eux-même composer leurs propres « hymnes ».  ​ ​

 

CROISER PASSIONS ET CONNAISSANCES ​

 

Le projet permet à la fois d’aborder quelques grandes pages de l’histoire de France, de travailler sur l’écriture et la composition, et en même temps de mobiliser les sujets qui tiennent à cœur à l’élève, puisque ceux-ci pourront librement puiser dans leurs propres références le sujet qu’ils voudront défendre. L’écriture constitue un moyen atypique et efficace de « libération » de la parole dans le respect de chacun.  Par exemple, lors de précédents ateliers (Ambronay, Familistère de Guise, théâtre d’Eu, Philharmonie de Paris, Opéra de Rouen), les enfants ont inviqués des thèmes comme le racisme, le machisme, l’homophobie, l’écologie, la violence ou la guerre.  ​ ​  

 

 

MISE EN OEUVRE  ​

 

Public : élèves de collèges et lycées Durée : 3 journées complètes réparties sur 1 à 6 mois Effectif : enseignants de l’établissement (travail préparatoire), Arnaud Marzorati (encadrement), un musicien accompagnateur (piano, accordéon etc.)  ​  

 

 

SESSIONS  ​

 

1ère journée / Ecoute du répertoire, analyse, choix des thématiques sur lesquelles les élèves écriront.

 

2ème journée / Travail musical et littéraire sur les textes conçus par les élèves  

 

3ème journée / Répétition générale et restitution des chansons, avec la participation des élèves ​  

 

MATIERES ABORDEES

 

Histoire, Français, éducation musicale. ​  

 

 

RÉSULTATS ATTENDUS  ​

 

Découverte du répertoire de la chanson historique

Liens avec la poésie, la littérature, l’histoire

Sensibilisation à la voix lyrique et à la musique « acoustique »

Mobilisation de références personnelles Travail d’écriture  

Capacité d’organisation de ses idées, d’argumentation, de confrontation des opinions  

© Les Lunaisiens