Aux Femmes

trio vocal, lyrique et féminin

Capture d’écran 2021-09-15 à 19.08.10.png

ARNAUD MARZORATI
DIRECTION ARTISTIQUE, NARRATEUR

JENNY DAVIET
SOPRANO

DELPHINE GUÉVAR

SOPRANO

LAURA HOLM

SOPRANO

CLÉMENCE SCHAMING

VIOLON

PERNELLE MARZORATI
HARPE TRIPLE

MANON PAPASERGIO
VIOLONCELLE

3 femmes qui brûlent les planches, 3 déesses qui subjuguent et inspirent les plus célèbres compositeurs du XIXe siècle. Elles chantent ou créent des salons littéraires et artistiques: Pauline Viardot  admirée de George Sand, mademoiselle de Maupin  sublimée par Théophile Gautier ; quant à Marie Duplessis, elle deviendra l’égérie de la Dame aux Camélias et de la Traviata.

 

3 femmes qui s’émancipent d’un romantisme trop masculin et qui donnent l’envie aux Lunaisiens  de laisser les chanteuses s’exprimer bien au-delà de ce que l’art vocal a l’habitude de valoriser. 

 

Par un répertoire populaire et historique que Les Lunaisiens défendent avec leurs thématiques originales, l’ensemble fait  résonner la voix des enchanteresses.  Divas de tous les instants qui  s’exprimèrent sur les scènes des plus grands théâtres, mais également dans des salons ou à même la rue. Chanter appartient à toute l’humanité ; mais c’est d’abord la mère qui interprète la première des berceuses à l’enfant inquiet des bruits de la vie… 

 

Dans notre XXe siècle, François Truffaut nous inspira avec 

« L’Homme qui aimait les Femmes ». Chez les romantiques, Hugo accompagna George Sand, Marceline Desbordes-Valmore et même la révoltée  Louise Michel. Radieuses et irradiantes, tout à chacun les revendique, du poète au dramaturge, du compositeur au peintre, du romancier à l’amoureux. 

 

Par notre concert dédié « Aux femmes », nous entremêlons le culte du bel canto – qui se retrouve déjà au temps des Lumières avec Marie Fel et plus tôt encore dans la vénération de Lully pour Marthe Le Rochois – à la parole émancipée de ces grandes héroïnes. 

Voici des musiques et des mots qui nous passionnent et qui ont de tout temps fait avancer les mœurs de la société.  On les craint demi-mondaines ou révolutionnaires. La femme révoltée, pour reprendre Camus, est un être à vif : de feu et de sang. Femme prophète, annoncent les St Simoniens qui marquèrent les esprits de compositeurs comme Berlioz, Wagner, Felicien David ou Liszt.

 

Que ce concert, « Aux Femmes » soit un Hymne à la Joie, à la beauté et à la liberté.