L'astéroïde B
l'univers de Boby Lapointe

Capture d’écran 2021-09-20 à 15.17.55.png

LES LUNAISIENS



ARNAUD MARZORATI
DIRECTION ARTISTIQUE, BARYTON

 

 

OPUS 333 QUATUOR DE SAXHORN

 

CORENTIN MORVAN

 

JEAN DAUFRESNE

 

PATRICK WIBART

 

VIANNEY DESPLANTES

27968-Bobylapointe est un astéroïde de la ceinture principale d’astéroïdes. Découvert en 1997, il rend hommage au chanteur Boby Lapointe (1922-1972). Ce dernier, auteur de chansons pleines de calembours et d’allitérations  est  né en 1922, soit dans déjà  presque cent ans et décède en 1972, soit cinquante années tout rond après sa naissance.

Aussi, en 2022, il nous sera possible de célébrer et le centenaire de sa naissance, et le cinquantenaire de sa disparition. Bien sûr, les optimistes choisiront de commémorer le chanteur-né dans ses premiers balbutiements, voire ses premières couches (puisque l’artiste commencera par vendre des layettes), tandis que les férus d’enterrements, qu’il ne faut pas croire pessimistes, s’enticheront  de cette moitié de 100, pour con-poser une gerbe sur la tombe d’Héraut, à Pézenas, le 29 juin (qui est aussi un jour de naissance pour un autre qui écrivit le  Petit Prince, Antoine !)

Sacré Boby, né plutôt Robert, qui en 1968 inventera un système bi-binaire, appelé la numération Bibi, pendant que d’autres feront la Révolution.

Mais, ni astéroïdes, ni  nombres hexadécimaux, ne souhaitons pour l’occasion accroître dans notre proposition.

C’est plutôt au scaphandrier (en 1944 à la Ciotat) et au joueur d’Hélicon (con) que nous allons rendre hommage. Douanier Rousseau de la chanson française pour certains, poète successeur des zutistes et des oulipiens pour d’autres, il trousse les couplets et les refrains comme pas deux (« au prix où sont les œufs ! » nous confit-il dans la « Chambre  meublée »)

Plus que ses alexandrins, ce sont davantage  ses onomatopées, ses calambours, allitérations, paronomasies et autres jeux littéraires que nous mettrons dans notre menu spécial  de chansons truffées et pochées, alambiquées et décalées.

Mots en bouche en tous genres, mais l’air de rien qui favorisent la joie et le petit bonheur de notre langue française, heureuse de se laisser manipuler par un individu si agile et si excentrique.

Bien sûr, Boby Lapointe ne vient pas de nulle part car il perpétue cette tradition tellement française de l’amphigouri, un faux langage obscur qui finalement nous extrait de la froideur des grottes grammaticales.

Joueur comme Arthur Rimbaud, Alphonse Allais, Raymond Queneau ou Prévert,  le père de la Maman des poissons joue au rythme du verbiage cadencé et accéléré ; héroïque dans sa déclamation, faste dans son imaginaire, il continue cette prestigieuse discipline des jongleurs de mots : alchimistes à leurs heures, amuseurs à d’autres.