GALERIE 

1789

2 chanteurs

1 piano

1 clavecin

1 basson

1 violon

RÉVOLUTION CONTRE RÉVOLUTION

La Révolution française racontée par la voix du peuple, au fil des chansons. À travers elles, Les Lunaisiens font écho aux passions du temps, à l’histoire derrière les « grands » événements, depuis les romances de l’Ancien Régime jusqu’à l’ironie de La Carmagnole et de Ah ! ça ira. Entre humour caustique et nobles complaintes, un regard sur l’époque qui rappelle la prophétie de Dickens : « Je vois […] un peuple glorieux surgir de cet abîme ».

Les chansons de la Révolution, celles de 1789, nous frappent et nous réveillent. Avec leurs textes forts, avec leurs airs anciens, elles circulent facilement d’une bouche à une autre, elles s’écrivent sur des papiers volants, dans les gazettes de l’époque, elles se déclament avec « un parlé authentique, franc et populaire » ; elles sont sources fécondes pour se remettre à l’oreille les rumeurs de l’histoire. Ces rumeurs, ces slogans, nous les avons captés en déposant nos micros dans les poches du citoyen Ladré, chansonnier du « ah ! Ca ira » en pleine prise de la Bastille ; ou bien devant Saint-Germain-l’Auxerrois, avec Ange Pitou, « le Garat des carrefours », l’espion de la reine…

 

Ce dernier a investi la place publique en jouant lui-même du violon, avec ses mains calleuses, et en singeant des parties honteuses lorsqu’il citait « Robespierre ». Nous sommes entrés dans les prisons de la Conciergerie et nous avons surpris un jeune marquis, chantant sa mort prochaine sous le couperet cinglant de la guillotine ; comme le fi rent d’autres condamnés, qui réussirent à amadouer leurs tauliers et à se procurer des instruments de musique, pour passer le temps douloureux, avant d’aller jouer avec la mort.

GALERIE

© Les Lunaisiens