DISTRIBUTION

ARNAUD MARZORATI
BARYTON

 DIRECTION ARTISTIQUE

FLORENT SIAUD

DRAMATURGE

CAMILLE POUL

SOPRANO

CAROLINE MENG

ALTO

MÉLANIE FLAHAUT

BASSON/FLAGEOLET

ISABELLE SAINT-YVES

VIOLONCELLE

DANIEL ISOIR

PIANO

Le Ventre de Paris

4 chanteurs

1 basson

1 violoncelle

1 piano

Comédie philosophico-burlesque en 1 acte sur la gastronomie française

Soudain, le livre prit vie : une véritable fantasmagorie à la Hoffmann !

Des personnages littéraires qui se réveillèrent aux sons des notes : à la fois fracassés et émerveillés par les touches noires et blanches d’un piano envoûtant ; entre des nocturnes de Chopin et des improvisations de Liszt !

La langue de Balzac, Honoré de Balzac se retrouve alors dans la bouche d’un chanteur ; chanteur, appelé Paillasse, espèce de Jongleur des mots que l’on retrouve dans une autre chanson : Ma vocation !

Oui, sa vocation est de chanter, comme le poète d’une divineComédie, la Comédie des hommes…

« Chanter est ma tâche ici-bas ! »

 

Les voici donc partis, avec leur tour de chant à la conquête de ce grand XIX° siècle. Même s’il n’a duré que cent ans, il en a vu et connu des choses…

Parti d’une révolution et de la décapitation d’un roi, il engendre un Empereur et il s’invente le Romantisme. Surtout, il crée une langue. La langue ! Celle de Balzac ! Le grand-œuvre : La Divine Comédie.

Sous la plume du plus grand dramaturge s’invente la vie des hommes du XIX° siècle.

Plus qu’un journal, il se targue du plus grand des médias : raconter des histoires encore plus vraies que la vie elle-même !

Des archétypes ? Non de la mythologie et de l’Histoire, avec un grand H !

 

Et cette Histoire, cette Comédie Humaine se retrouve également dans les chansons exhumées de Béranger, le chantre du Peuple, l’Homme de la vérité.

400 chansons qui sont davantage que des anecdotes ; elles sont des bijoux tout simplement : des tableaux de maître que Delacroix ne renierait pas.

Victor Hugo, Stendhal, Nerval, Berlioz, Wagner, Gounod saluent le talent de Béranger.

 

Mais c’est bien sûr Balzac qui lui ressemble au-delà de cette performance d’accumuler les chefs d’œuvres.

En voulez-vous des preuves ?

 

Voici les chansons qui nous guident à travers la formidable aventure balzacienne :

Citons pour commencer Raphaël de Valentin dans la «  Peau de chagrin » qui tente l’ultime « possession frénétique de l’amour » comme dans la chanson « Laideur et beauté » ; Balthazar Claës, dans la  « Recherche de l’Absolu » n’est autre que cet illuminé qui dans l’ « Alchimiste » part en quête de la Pierre Philosophale. Rastignac pourrait entonner les « Infiniment Petits » ;

« Les Petites misères de la vie conjugale » s’expriment à travers les couplets de « Soir des Noces » ; l’Héroïne des « Cinq étages » vacille également dans le Roman « Splendeur et misères des courtisanes », « Béatrix est la perturbante « Lizette », « L’envers de l’Histoire contemporaine » est aussi inspirant que « La Mort du Diable » !!!

 

Vous souhaitez d’autres témoignages. Alors, lisez toute l’œuvre de Balzac…Au travail!

Ou bien, laissez-vous entraîner dans cet abyme spectaculaire qu’est la Comédie Humaine selon Béranger. Une fresque vocale et musicale qui n’a rien à envier au « Chant du cygne » ou à la « Belle Meunière » de Schubert.

A son décès, Béranger eût droit aux obsèques nationales et tous les poètes de son époque lui rendirent hommage.

 

Hommage fracassant à la grande Chanson Française qui n’est pas partie de rien. Chanson qui a une histoire…une grande épopée, plus grande encore que l’histoire de la France elle-même.

 

Allez ! En route pour cet étonnant récital où deux grands auteurs nous redonnent du goût pour nos mots : Dieu, que le français est une belle langue ; et qu’il est bon de la chanter, de la dévorer dans un récital à l’Estaminet Lyrique.

 

Saviez-vous que Berlioz lui-même faisait silence lorsqu’une chanson de Béranger était entonnée ?

Rêvons pour ce soir que trois des plus grands messieurs de notre Culture s’associent autour d’un verre de l’amitié : Balzac, Berlioz et Béranger.

 

Trois B pour atteindre l’ivresse de la Comédie Humaine.

© Les Lunaisiens