Menu

Accueil > Programmes > Historiques > L’Orphéon ou l’été des Saint-Simoniens

L’Orphéon ou l’été des Saint-Simoniens

Le 8 Juillet 1832, à seize heures, un commissaire de police surgit avec une centaine d’hommes du premier régiment, armés de baïonnettes, dans la Retraite des Saints Simoniens de Ménilmontant… Ils entrent dans le « Temple », menaçants, ne sachant trop qui sont ces hommes... Plus de deux mille personnes, semblerait-il, accompagnent les adeptes, en ce jour, dans leurs rites pacifiques.

En effet, de semaines en semaines, les cérémonies et les chants de Ménilmontant ont exercé un attrait fulgurant sur des foules d’anonymes, de badauds, petits bourgeois et ouvriers, qui se réjouissent de plus en plus de ces grands tableaux communautaires organisés par les « frères » de Ménilmontant. Le gouvernement se méfie, le gouvernement s’étonne, le gouvernement interdit !

Mais qui sont les Saints Simoniens ?

Convaincus d’une mission, d’un apostolat qui mettraient « les magnificences de la Pensée, des Arts et de l’Industrie » au service des hommes, des femmes et des prolétaires, les Saints Simoniens organisent des cérémonies et des rituels, où « l’Art nouveau » se constitue. « La poésie, la musique, remueront le cœur de l’humanité. »

Les saints simoniens chantent…


Cité rêvée, les Lunaisiens par mamayos