Menu

Accueil > Programmes > Historiques > 14-18 : La chanson sans ride

14-18 : La chanson sans ride

« Ecoutez... écoutez bien ce que fut la Grande Guerre... »
De tous temps, il y eut des poètes, des écrivains, des musiciens, des artistes,
tous témoins des combats des hommes ; Homère, Ucello, Monteverdi, Hugo, Britten…
Existe-t-il une guerre glorieuse ? Montaigne en doute, Péguy l’exalte…Giono l’exècre.
Chaque Grande Guerre a pléthore de témoins ;
tous bavards, tous excités par les prouesses des héros, par les faits d’armes,
glorieux comme la prise d’Orléans par la pucelle Jeanne.
Les oriflammes flamboient, les généraux concourent aux discours les plus solennels.
Puis vint la « Grande-Guerre », celle de 14, promise comme la der des ders.
Tous s’enrôlent, tous y croient et partent « la fleur au fusil » dit-on, en chantant la Madelon ou le Chant du Départ. Mais en quatre années, l’espoir s’essouffle.
Trop d’horreur, trop de grands charniers. Trop de morts.
Apollinaire, Genevoix, Jünger, Céline, Barbusse, et les anonymes (lettres et carnets de poilus) témoignent de cette impossibilité à poursuivre les louanges de la guerre.

Tonkiki
Carton perforé : Antoine Bitran